Jour polaire

Jour polaire

Jour polaireInsomnia

Créateurs Måns Mårlind et Björn Stein 2017

Une bonne surprise, moins efficace que « Bron » (des mêmes créateurs), mais l’intrigue est percutante et les personnages décalés tiennent la route.

Le scénario est un peu trop fourni et on se perd parfois en spéculations nébuleuses. La série se donne des airs « Vaudou » façon indigènes d’Europe du Nord. C’est parfois ennuyeux mais les crimes sont inventifs et donnent du panache à tout le reste.

Leïla Bekhti y met tout son coeur et défend son personnage avec conviction. La fatigue lui va bien et lui donne une fragilité inhabituelle. Elle semble puiser son inspiration dans le personnage d’Al Pacino pour « Insomnia« , mais bon… Bonne initiative au féminin. Le mélange de son histoire personnelle et de l’enquête lui donne une personnalité intéressante.

Finalement son partenaire bien que complexe est plus fade, il manque de relief avec une tendance « mou du genou ».  Le tout premier procureur, Rutger Burlin, était plus intense.

Je me suis laissée embarquer pour la première fois sur une création « original » Canal+ et c’est sans trop de regrets, évidemment l’équipe de créateur suédois fait toute la différence.
Un bémol sur le personnage de Gourmet, Alain Gruard reste pour moi un mystère. Manipulateur, vicieux et inquiétant, il traverse la série sans conclusion final.

Pourquoi pas une suite ? Je replongerai, peut-être, juste pour voir.

 

 

Synopsis Allo Ciné Jour polaire

Au cœur de l’été arctique, à Kiruna, ville suédoise du cercle polaire, est perpétré le meurtre violent et mystérieux d’un citoyen français. Très vite, Kahina Zadi, capitaine française de l’Office central pour la répression des violences aux personnes, est immédiatement dépêchée sur place afin de mener l’enquête avec la police locale et plus particulièrement avec le procureur Anders Harnesk.