Keeper

Keeper

Keeper

Et si on jouait au “Papa et à la Maman” ?

Réalisation Guillaume Senez 2016

Ici on pense aux Frères Dardenne, pour la douceur et la finesse des personnages mais aussi pour cette authenticité chez les vrais gens.

Mélanie et Maxime sont des enfants avec des rêves d’avenir bordés d’illusion, Mélanie est si aimante, si craintive et tout même si têtue comme on peut l’être à 15 ans.

Ce petit bonhomme, Maxime, ne fait que vouloir être un homme mais il vacille, se cherche pour mieux  se perdre. La mère du fils est volontaire pour les soutenir mais ce ne sera pas suffisant, les bases son trop fragiles.

Un film tendre sur l’adolescence, ses questionnements, ses incertitudes et ses rêves américains.

Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi sont incroyables de justesse et d’émotions.

Guillaume Senez présente son premier long métrage chargé d’amour, de tristesse et de lucidité. On aimerait que le film ne passe pas inaperçu.

 

Synopsis Télérama Keeper : Maxime, qui se rêve en joueur de football professionnel et Mélanie, 15 ans, découvrent ensemble leur sexualité. C’est une première vraie histoire d’amour pour tous les deux. Quand Mélanie se rend compte qu’elle est enceinte, Max, accuse le coup, puis décide d’affronter ce qui leur arrive. Contre toute attente, les deux adolescents choisissent de garder l’enfant. Alors que Mélanie en est à trois mois et demi de grossesse, sa mère découvre la vérité. Elle entre dans une rage folle et ordonne à la jeune fille de se faire avorter. Le jeune couple, toujours aussi décidé, se heurte à l’incompréhension de ses proches et va devoir assumer son choix…