Miele

21023741_20130731172823471Miele

Réalisation Valeria Golino 2013

Irène vit seule dans une maison au bord de la mer non loin de Rome. Son père et son amant la croient étudiante. En réalité, sous le nom de code MIELE, elle aide clandestinement des personnes en phase terminale à mourir dignement en leur administrant un barbiturique puissant. Un jour, elle procure une de ces doses mortelles à un nouveau “client”, Monsieur Grimaldi. Elle découvre cependant quʼil est en parfaite santé mais a juste la volonté de mettre fin à ses jours, ayant perdu goût à la vie. Bien décidée à ne pas être responsable de ce suicide, elle va tout faire pour l’en empêcher (Allo ciné)

Un fable moderne sur une drôle de faiseuse d’anges, qui pratique avec intégrité et pour la dignité des malades. On la découvre et on la suit pendant tout le film et Jasmine Trinca crève l’écran.
Elle est belle , sensible, désinvolte et concernée.
Un vrai petit soldat qui sauve la patrie. Mais, quand au détour de son chemin,elle croise ce bonhomme qui veut juste partir sans raison objective, parce que la vie ne le concerne plus; Miele se sent responsable de cette pauvre âme et elle va combattre pour le sauver. Elle est diablement obstinée et il rend presque les armes. Une belle rencontre de deux générations mais la vitalité de Miele ne suffit pas forcément. Le sujet  sur l’euthanasie est bouleversant.
Valera Golino fait preuve de beaucoup de maturité pour un premier long métrage.  Une petite merveille du cinéma contemporain italien.