La Belle et la Meute

La Belle et la Meute

#balancetonporc.

Réalisation Kaouther Ben Hania 2017.

Une sacré coïncidence qui tombe pile-poil dans le contexte actuelle.
Une histoire vraie qui nous met mal à l’aise, puis nous met en colère.
Un drame ordinaire pour une jeune femme seule contre tout un système judiciaire et conservateur..
Mariam va se battre tout une nuit avec le soutien de Youssef qui se fera piéger à son tour.
Sa fragilité accompagnée de son obstination sont poignantes.
Elle vacille plus d’une fois dans la nuit, pour se reprendre avec encore plus de vigueur.

Dans un Tunisie tourmentée, la jeune Mariam se fait embarquer par la police, alpaguée pour avoir été seule avec le jeune Youssef sur la plage. Les policiers la violeront.

Ils vont tenter de porter plainte malgré un système archaïque qui tente de les décourager voir de les dévorer. Mariam est poignante de simplicité, de doute et de douleur. Quant à Youssef, il n’a de cesse que de vouloir la défendre, la soutenir avec intégrité.

Un beau film, simple et percutant sur le viol et la difficulté d’une victime à défendre ses droits.
Une lutte contre les institutions, une garde à vue (voire à vie) abusive, des comportements brutaux et sexiste, une intolérance générale qui prend des airs de mépris. Bref un film qui remue, dans un pays, qui après la révolution, reste ancré dans les préjugés et le despotisme. Une jeunesse qui souffre pour se faire entendre, des femmes qui se veulent plus libres et réclament le respect. Une tragédie nous est contée, mais l’obstination de Mania va faire sortir les loups du bois. Alors on garde espoir.

 

Synopsis Télérama La Belle et la Meute :

Lors d’une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?…