Every Thing Will Be Fine

Every Thing Will Be Fine

Every Thing Will Be FineRéalisation Wim Wenders 2015

La Petite maison dans la prairie avec James Franco dans le rôle de Charles Ingalls.

Un mélo avec la musique guimauve qui va avec. Un démarrage plutôt réussi pour ensuite sombrer dans un ennui profond, tout dure des plombes voir des années.

C’est sans intérêt sauf de revoir Marie-Josée Croze toujours aussi magique.

Gainsbourg est plus pâlotte que jamais et saurait mettre le cafard à une équipée de clowns sauvages.

En grattant un peu on réalise que Tomas Eldan n’est qu’un gros égoïste, il traîne sa culpabilité mais sait comment puiser dans son désarroi pour y trouver son inspiration et ça passe avant tout. Le type sait si bien cacher ses émotions qu’on se demande s’il en a vraiment et sa copine Sara en fait les frais (Rachel McAdams ne casse pas la baraque mais le rôle n’a rien d’inspirant).

Une histoire sur 12 ans, ça fait une longue peine au cinéma.

Sur un scénario de Bjørn Olaf JohannessenWim Wenders n’est que l’ombre de lui même, ce film n’est ni fait ni à faire.

 

Synopsis Télérama Every Thing Will Be Fine : Tomas Eldan est un jeune écrivain en panne d’inspiration. Après une dispute avec sa compagne, il prend sa voiture et s’en va errer sur les routes enneigées de la périphérie de la ville. Mais en raison du manque de visibilité et de l’importante couche de neige, il percute un garçon qui traversait la route et le tue. Quelques années plus tard, alors que sa vie personnelle est sens dessus dessous, Tomas trouve enfin la rédemption en transformant cette terrible tragédie en succès littéraire. Mais il est bientôt rattrapé par son passé…