The Ghost Writer

The Ghost WriterRéalisation Roman Polanski 2010

Un ” écrivain – nègre ” est engagé pour terminer les mémoires de l’ancien Premier ministre  britannique, Adam Lang. Une ombre plane sur le décès accidentel du précédent rédacteur, ancien bras droit de Lang.

Le nègre est joué par McGregor qui garde toujours son côté lunaire de film en film, mais cette attitude lui convient bien dans ce cas. Son air surpris en permanence peut, parfois, énerver.

Brosman est le Premier ministre britannique, il est toujours aussi chic et British. L’ambiguïté du rôle est finement interprété.

Polanski est bon dans le thriller à l’ancienne (Frantic). Il trouve le bon tempo et il a l’art de la chute.

Polanski fait partie des grands même si il y a eu quelques fausses notes (dont La neuvième porte)

 

Synopsis Telerama The Ghost Writer :

A Londres, un jeune écrivain, qui gagne sa vie en améliorant les manuscrits des autres, est engagé pour peaufiner l’imposant ouvrage qu’un ancien Premier ministre britannique, Adam Lang, vient de terminer. Son prédécesseur, un des hommes de confiance du flamboyant Adam Lang, a été retrouvé noyé, probablement après être tombé d’un ferry. A peine sorti des bureaux de l’éditeur, l’écrivain est bousculé et dépossédé d’un manuscrit sans intérêt, qu’on lui avait également confié. Légèrement inquiet, il s’envole pour l’île américaine de Martha’s Vineyard, où réside Adam Lang, sa femme et inspiratrice Ruth, et sa petite équipe. Une atmosphère de scandale et de contestation empoisonne son séjour…