critique film Steve Jobs

Steve Jobs

critique film Steve JobsL’homme Contre révèle-t-il l’homme?

Réalisation Danny Boyle 2016

Un biopic encore and again! Puisque c’est la mode d’Hollywood depuis une bonne quinzaine d’années. Rappelons que les modes n’ont qu’un but: notre porte-monnaie.

La vie de Steve Jobs, créateur d’Apple!

Le film est plutôt pas mal fait: trois moments choisis de la vie du “génie”. Instants de ses présentations de son dernier né à chaque fois, un lieu, ses coulisses, ses coursives, ses toits… et ses tracas à chaque fois!

Cela tourne un peu schématique il faut bien le dire, et le Climax -comme disent les anglo-saxons- n’atteint pas véritablement son apogée.

Le film doit beaucoup à son acteur Michael Fassbaender, lequel possède la force et l’intensité du personnage. Et quel personnage!
Celui d’un homme qui ne plie pas, qui a raison la plupart du temps malgré ses défauts.

Kate Winslet, à ses côtés joue bien la même partition, même si j’eus aimé que son personnage
soit un peu plus fouillé.

Pas trop d’esbroufe pour une fois à la mise en scène chez Danny Boyle, mais le film manque
d’extérieur; ce qui lui eut apporté quelques respirations car il est très verbeux. Peut-être que le réalisateur a agi ainsi volontairement, au regard de ce qu’est Mac, un ordi fermé.
Alors en vieillissant, on s’ouvre, on s’assouplie un peu, peut-être même que Danny Boyle
livrera un jour un grand film.

 

Synopsis Télérama film Steve Jobs : En 1984, dans les coulisses du lancement de l’ordinateur Macintosh. Steve Jobs se prépare avant de présenter sa nouvelle création au public. La tension est palpable d’autant qu’une ancienne relation vient le voir, accompagnée de sa fille. Elle lui réclame de l’argent pour élever convenablement leur enfant. Jobs refuse cette paternité. De son côté, Steve Wozniak, un ingénieur informatique, réclame un peu plus de considération pour les personnes qui ont participé au succès de l’entreprise Apple. Jobs se dérobe à nouveau. On le retrouve quelques années plus tard pour le lancement de NeXt et surtout de l’iMac qui fera de lui le grand manitou de la compagnie…