film Pieds nus dans le parc

Pieds nus dans le parc – Réalisation Gene Saks.

film Pieds nus dans le parc

Une fantaisie sixties.

J’aime la beauté simple des femmes des années 60… et Jane Fonda en est alors une des plus belles égéries ! Robert Redford -dans le style beau garçon- n’est pas mal non plus…

Les deux comédiens se retrouvent après avoir tourné le superbe La poursuite impitoyable, et se donnent ici, l’occasion de déployer cette fantaisie indispensable à chaque comédien, et dont beaucoup sont malheureusement dépourvus. L’époque cinéma est devenue par trop sérieuse.

Dans cette histoire, le prétexte est l’emménagement du jeune couple dans leur nouvel appartement, non sans quelques déboires qui font le scénario du film. Jane Fonda et Robert Redford s’accordent à merveille.

Ils sont bien soutenus par de beaux seconds rôles comme Victor Verdasco, voisin farfelu campé le subtil et élégant Charles Boyer.
L’acteur français le plus fameux d’Hollywood qui a tourné avec les plus grands : Fritz Lang (Liliom), Léo Mc Carey (Elle et lui), Cukor (Hantise), Lubitsch (Cluny Brown), Max Ophüls (Madame De), Vincente Minnelli (La toile d’araignée, 4 cavaliers de l’apocalypse, Nina) pour ne rien dire de L’herbier, Duvivier, Litvak ou encore Allégret.
Le fameux comédien, avec une carrière longue comme le bras, savait aussi se mettre au service à travers des seconds rôles.

Et que dire de son pendant féminin du film ! Midred Natwick ? Elle joue la mère de Jane Fonda, effarée d’abord de la promiscuité du nid new-yorkais des amoureux, elle succombera, elle aussi, à la fantaisie des instants.
Elle est une délicieuse actrice de second rôles : chez Ford (Le fils du désert, La charge héroïque, L’homme tranquille) ou Hitchcock (Mais qui a tué Harry ?), Bogdanovich (Daisy Miller)…

Ces 4 acteurs-là nous livrent, avec la partition de Gene Saks, un moment délicieux d’inspiration théâtrale (l’action centralisée dans le fameux appartement et l’immeuble n’est pas en reste !) dans ce premier film du réalisateur qui tournera peu mais toujours sous le signe de la fantaisie :
Drôle de couple (Lemmon et Matthau) puis Fleur de cactus (Matthau/Bergman)…

Fantaisie et légèreté ont bien trop disparu du Cinéma pour se priver de l’occasion d’y (re)plonger dès que cela se présente.

Synopsis du film Pieds nus dans le parc

Deux jeunes mariés, Corie et Paul Bratter, sont follement épris l’un de l’autre. Ils ont oublié le reste du monde. Hélas, la lune de miel terminée, les nouveaux époux ont des problèmes d’appartement sur lesquels ils ne sont pas tout à fait d’accord. Elle pense un peu trop à sa toilette pour être belle et plaire à son mari, lui, un peu trop à ses affaires pour gagner de l’argent et plaire à sa femme. Corie voudrait que son mari devienne moins guindé et soit capable de marcher « pieds nus dans le parc ». Commence alors une comédie délirante. (Wikipedia)