nocturama

Nocturama

nocturamaEntre la glace et le froid

Réalisation Bertrand Bonello 2016

Le film débute sans prologue, la caméra s’attache tour à tour à des jeunes que l’on sent tendus et en plein préparatifs, sans savoir de quoi, on sent que c’est grave.
Et en fait le film ne démarre jamais malgré ses 2h10 au compteur. Tant on reste en surface, à la porte; c’est selon, et qui plus est une marque de fabrique de Bertrand Bonello.
Il n’est qu’à se souvenir de “L’apollonide…” Foin! Le réalisateur a la carte (je crois que je n’ai jamais écrit cela) Télérama/Libé…
Donc adoubement en règle; comme si justement il pouvait y en avoir une !

Là qu’est-ce ? Qu’y a t-il de génial dans ce film ? Qu’y a t-il de profond ? Je n’y ai rien vu ou si peu mais alors beaucoup beaucoup de mode, puisque les jeunes terroristes se réfugient dans le grand magasin (hélas pas de Marx Brothers dans ces “frères LaTerreur” !) du Printemps.

Quel long plan séquence, lorsqu’un des protagonistes sort fumer, sur les vitrines Myake, que l’on sait, dorénavrant l’écrire correctement. Et puis les longues, très longues déambulations, dans les rayons de mode, encore, toujours, jusqu’à plus de pellicule. Il est vrai que le sieur s’est fendu d’une réalisation sur Saint Laurent.

Des jeunes gens nous ne savons rien. Rien de ce qui les motive ou de ce qui les unit -le peu que nous savons ou devinons est pauvre- alors qu’à l’attaque d’un sujet de ce type, un minimum est même en deçà; mais sans doute monsieur Bonello est au-dessus.

Il n’y aura donc aucune polémique avec l’actualité car le film est sans âme, froid et inanimé. Certes, on a compris Bertrand, les personnages sont -et nous sommes- des pantins! La belle affaire…
Alors pantins en Cardin, en Myake ou Saint Laurent?
Je m’en fous un peu, non! royalement.

Synopsis Télérama Nocturama :

A Paris, de nos jours, des jeunes gens déambulent dans le métro et dans les rues de la capitale. Chacun d’entre eux accomplit des tâches aussi précises que mystérieuses, répondant à des messages cryptiques reçus sur les téléphones portables en leur possession. Soudain, plusieurs bombes explosent dans Paris. Les jeunes gens, parmis lesquels David, Yacine, Sabrina, Mika, Sarah et Omar, se retrouvent à la nuit tombée dans un grand magasin. Avec la complicité d’un vigile, ils entrent dans le bâtiment fermé au public. Pendant ce temps, la panique a envahi la ville et les politiques se perdent en conjectures…