film Les Misérables

Les Misérables – Réalisation Ladj Ly

film Les Misérables

K.O.

Comme avec un bon coup de poing dans l’estomac, je suis ressortie sonnée du ciné. Impossible de ne pas s’accrocher au fauteuil, c’est nerveux, violent, lucide et bouleversant.

Ladj Ly ne fait pas dans le pathos, son regard est juste, et sans prendre partie, il nous raconte sa banlieue.

Ici rien n’est tourné à la dérision, c’est le quotidien sombre des flics et d’une population dans un ghetto de Monfermeil. La misère est des deux côtés, elle abîme chacun à sa façon.

Chris et Gwada accueillent la nouvelle recrue, un bleu qui vient de Cherbourg. On va suivre les trois flics qui maraudent en cité. Ils s’imposent, ils jouent les marioles. Surtout Chris qui fait le cow-boy, son co-équipier Gwada est plus calme mais bouffé de l’intérieur et Damien débarque, avec sa bonne volonté, il sera vite dépassé.

Les gamins sont livrés à eux même, sans limite ni espoir. Le petit Buzz passe son temps sur le toit avec son drone. Il nous montre sa vision d’en haut, les mouvement de foule, les émeutes, le chaos. C’est la guerre entre chaque camp, les enfants sont comme des petits soldats révoltés.

Isaa se distingue dans la petite délinquance, encore plus perdu que son petit gang, un enfant déjà vieux, son destin s’est fait la malle.

Ici pas de caricature, pas de faux semblant ni de sensiblerie, mais de la misère qui rode.

Plusieurs communautés se partagent le territoire: les gitans, les dealers, un Caïd qui joue le Maire de la Cité et des flics qui pensent se faire respecter, parfois naïvement mais aussi avec violence.

Tous sont enfermés dans leurs propres rôles. Des laissés-pour-compte dans un monde à part ignoré de l’état. Des gens précieux qui n’ont plus que le choix de subir cet exclusion.

Alors merci à Ladj Ly, de nous avoir fait faire ce voyage dans la cité.
On reste bouleversé et coincé de l’autre côté de la frontière, mais plus conscient que jamais des inégalités en France.

Synopsis du film Les Misérables :

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes… (Sens Critique)