Chevaliers Blancs

Les Chevaliers Blancs

Chevaliers BlancsEncore une performance pour Vincent Lindon notamment pour l’ambiguïté du personnage.

Réalisatio Joachim Lafosse 2016

Un film façon reportage inspiré d’un fait réel (comme « A perdre la raison« ) malheureusement sans la même intensité, on reste en surface et dans le flou sur les intentions véritables de cette équipe de volontaires mais c’est peut-être l’objectif, je reste dubitative.

Vincent Lindon est crédible dans le rôle de Jacques Arnault mais sa compagne, dans le film, Louise Bourgoin joue trop la rudesse, sans artifice, elle croit nous bluffer (n’est pas Emilie Dequenne qui veut).

Valérie Donzelli est superbe, emportée par la cause elle vacille, elle joue avec subtilité et intelligence.

Un film comme l’enfer pavée de bonnes intentions. La caméra est un peu trop nerveuse, comme l’équipe, fébrile, c’est presque de la télé-réalité, las toute la magie de son dernier film s’en ait allé.
Un beau sujet mais on finit par s’ennuyer, à ne pas vouloir faire dans le pathos, le tout manque de relief, les faits nous sont contés, point.
Reda Kateb promène son élégance et Philippe Rebbot dégage tendresse et humanité, belle participation de Bintou Rimtobaye.

Joachim Lafosse est un beau réalisateur, il maîtrise la réalisation avec finesse et il saura encore nous toucher.

Synopsis Télérama Chevaliers Blancs: Jacques Arnault, président de l’ONG Move for Kids, prépare une action humanitaire coup de poing dans un pays d’Afrique. Il veut évacuer 300 orphelins en bas âge, victimes de la guerre civile. Un avion doit les conduire en France, où les attendent les parents candidats à l’adoption qui ont financé l’opération. Entouré d’une équipe de volontaires — médecins, pompiers, infirmières — ainsi que de Laura, sa compagne, et de Françoise, la journaliste qui couvre l’expédition, Jacques va de déconvenues en déconvenues. Les chefs de village ne jouent pas le jeu, en demandent toujours plus. Des dissensions apparaissent au sein du groupe…