La Resistance de l air.jpg

La Résistance de l’air

La Resistance de l airRésistance à la misère

Réalisation Fred Grivois 2015

Reda Kateb l’insaisissable, tour à tour: anonyme, dangereux, ambigu, voyou ou pauvre type, un caméléon qui nous bluffe de film en film, il est là pour durer et quelque soit la qualité du film, il nous fait avaler la pilule du scénario, ce type est fait pour être aimer.

Vincent est un drôle de type, déçu et malheureux, son échec semble trop lourd à porter et sa vie part en morceaux. Delphine n’est déjà plus là quand il a le plus besoin d’elle. Alors il va commettre l’irréparable pour tout réparer.

Une bonne réalisation mais une histoire avec des imperfections et des faux-pas, l’approche de Renaud vers Vincent pour l’engager sur un contrat est peu crédible… Mais on s’attache à Vincent, on le suit pas à pas et c’est avec lui que l’on vise et que l’on tire avec le désir de ne pas rater la cible et sans état d’âme. Puis Vincent est comme en état de grâce après son premier contrat et sa personnalité bascule jusqu’à ne plus lui ressembler, un double personnage totalement maitrisé par Kateb.

Joli passage de Tchéky Karyo jouant la fin sans faux semblant. Ludivine Sagnier fait partie de nos bonnes comédiennes françaises mais toujours un peu égale à elle-même.

Malgré la collaboration de Thomas Bidegain sur le scénario Fred Grivois n’a pas su me convaincre sur ce premier long métrage mais c’est, quand même, au dessus du panier, il a su saisir la grisaille, la mélancolie et la colère de certains polars les plus sombres.

Synopsis Télérama La Résistance de l’air : Vincent est un champion de tir au fusil à 300 mètres qui mène une vie maritale aussi tranquille que monotone. Englué dans des problèmes financiers, il ne peut guère envisager des projets d’avenir heureux pour son couple et sa fille et l’équilibre de sa famille s’en voit davantage menacé lorsque son père, malade et odieux, vient s’installer dans son foyer. Dès lors, Vincent se réfugie dans son stand de tir où sa discipline lui permet d’oublier son quotidien écrasant. C’est ici même qu’il rencontre Renaud, un quinquagénaire aussi sympathique qu’énigmatique, qui lui propose un contrat particulier…