La Comtesse aux pieds nus

La Comtesse aux pieds nus – Réalisation Joseph L. Mankiewicz 1954

La Comtesse aux pieds nusEt puis la grâce, l’intelligence, la finesse…

Revoir « The Barefoot Comtessa » en original dans le texte, c’est évidemment retomber amoureux d’Ava Gardner (elle qui eu tant de prétendants, éconduits ou non, même Souchon y est venu en chanson) tant elle illumine le film.

Mais elle n’est pas seule puisque c’est Joseph Léo Mankiewicz à la mise en scène!

On ne dit pas assez combien Mankiewicz est un des plus grands cinéastes que Hollywood ait engendré. Jugez un peu « Cléopâtre » (avec l’impossible et magnifique couple Burton/Taylor); « Le limier », une merveille d’intelligence manipulatrice; « Guêpier pour trois abeilles » et « Letter too three wives » qui font la part belles aux femmes; « Le château du Dragon » et « Mrs Muir » avec ma délicieuse Adorée Gene Tierney, et « All about Eve » qui parlait déjà du métier, avec une Marylin en petit rôle. Il est des choses qu’il fait bon rappeler! Et le croyez-vous, cet homme ne trouvait plus de financement après « Le Limier »!

Ava, donc, et Joseph, et Humphrey. Le film parle du métier Cinéma, des parvenus capitalistes, des destins, d’une noblesse qui s’éteint et surtout, de la liberté d’une femme. Ava Gardner en est l’incarnation, trouvant là peut-être quelque écho à sa vie personnelle.

Et ce film est une merveille d’intelligence de mise en scène -avec la trouvaille de revoir la même scène sous deux points de vues- accompagnés de dialogues ciselés, avec juste ce qu’il faut de mordant, habillés de justesse. Bogart est très bien en « passeur » grand frère, très fin dans son interprétation. Ava elle, éclabousse le film de sa beauté rayonnante; la scène d’introduction du film est en ce sens, extrêmement parlante.

Oui mille fois oui ! Revoir ses films qui furent mes biberons de cinéphiles me maintient dans ma foi du 7e art, quand les apôtres ont le talent de Joseph Léo Mankiewicz.

 

Synopsis Télérama du film La Comtesse aux pieds nus :

Sous une méchante averse, le cinéaste Harry Dawes assiste à l’enterrement de la comtesse Torlato-Favrini. Il se souvient de sa rencontre avec cette très belle femme, dans un cabaret madrilène où elle se produisait comme danseuse sous le nom de Maria Vargas. Tombé sous son charme, il la persuada, au nom du producteur Kirk Edwards, de se rendre à Rome pour un bout d’essai. En trois films, tous réalisés par Harry Dawes, Maria devint une star mondialement connue. Après bien des péripéties, elle épousa le comte Torlato-Favrini, avec l’intention de se stabiliser. Le comte, hélas, était impuissant, au grand désespoir de son épouse, qui rêvait de lui donner un héritier…