Hippocrate

HippocrateHippocrate

Réalisation Thomas Lilti 2014

Un témoignage sur l’univers des hôpitaux :  équipes soignantes, internes, médecins et infirmières se croisent.

Benjamin, Vincent Lacoste, rejoint le service de son père comme interne, avec confiance et désinvolture mais la réalité va très vite le rattraper et son regard va changer sur les patients mais aussi sur son père.

Il s’agit ici de vocation, d’investissement personnel, d’égo oublié au profit de l’autre : le patient.

Un beau sujet sur le fond mais la forme et le ton sont un peu académiques, on sent la présence de la caméra et les comédiens surjouent.

Vincent Lacoste s’en sort plutôt bien avec la fraîcheur de son jeune âge. A noter la belle performance de Marianne Denicourt et Jacques Gamblin est un comédien solide.

Malheureusement Reda Kateb n’a pas les dialogues à la hauteur de son talent. Ça manque de colère et de frustration, il peut faire beaucoup plus fort et tout en finesse.

Thomas Lilti nous offre un film d’une grande intégrité mais son cinéma “vérité” sonne un peu faux.

Pour ma part, je retiens la sincérité et la tolérance de son regard sur la relation médecin-patient.

Synopsis Allocine Hippocrate : Benjamin effectue son premier jour d’internat dans le service de médecine interne de son père, le professeur Barois. Il a tout à découvrir et commence son apprentissage. L’autre interne, un médecin algérien plus âgé, Abdel, se montre plus compétent et plus humain. Une nuit qu’il est de garde, Benjamin est appelé au chevet de Lemoine, un alcoolique, qui se plaint d’une forte douleur. Faute d’équipement en état de marche, Benjamin se contente de lui administrer un antalgique. Le lendemain, Lemoine est mort. Ses supérieurs couvrent son erreur mais Abdel a des doutes. La veuve de Lemoine insiste, pose des questions. Benjamin craint pour son avenir…