Elephant Song

Elephant Song

Elephant SongRéalisation Charles Binamé 2014

Toutes mes excuses Mr Xavier Dolan, moi qui ne vous aime qu’à moitié, je dois dire que votre prestation dans “Elephant Song” est saisissante, votre insolence est tout en retenue et votre fragilité est habilement déguisée en impertinence. Mon agacement pour vous a ses limites et je dois le reconnaître aujourd’hui, l’arrogance vous va à merveille et vous avez su cette fois en faire bon usage.

Un film parfois ennuyeux mais l’ambiance est particulière. Les personnages sont en souffrance et les dialogues sont brillants. C’est une partie d’échec entre un psychiatre et son patient qui devient presque dangereuse tant les joueurs sont impliqués.

Catherine Keener est en totale maîtrise, une comédienne de haut-vol pour un rôle qui jongle entre l’infirmière efficace et la femme meurtrie.

Quasi en huit-clos une histoire d’amour que l’on donne et que l’on ne reçoit pas en retour. Il s’agit aussi d’un éléphant bien plus gris que rose, d’une comptine traumatisante pour le jeune Michael, jusqu’au point de non-retour et avec la volonté d’y parvenir.

Bref, une triste histoire de vie celle de Michael, de Susan et du Dr Toby Green et de la vie tout simplement.

Charles Binamé nous présente un film bien sombre qui nous met l’âme en peine.

Synopsis Cinoche.com Elephant Song : Lorsqu’un éminent psychiatre disparaît dans son bureau, le Docteur Greene, directeur de l’hôpital psychiatrique dans lequel il travaille, s’efforce de comprendre ce qui a bien pu lui arriver. Le dernier à l’avoir vu est Michael, un jeune patient au comportement instable. Greene l’interroge afin d’obtenir des indices qui lui permettraient de retrouver son collègue, mais Michael a bien l’intention de jouer avec l’éminent docteur avant de lui dire ce qu’il veut savoir. Greene doit tenter de déceler la vérité dans le discours de Michael, tout en gérant les excès de panique de sa nouvelle femme et les retrouvailles avec une ancienne flamme avec qui il a dû jadis subir la perte d’un enfant.