Dernières heures à Denver

Dernières heures à Denver – Réalisation Gary Fleder

Dernières heures à DenverJimmy le Saint gère une affaire un peu particulière : il enregistre les malades en phase terminale afin qu’ils puissent donner des “conseils d’après vie” à tous ceux qui leur survivent. Mais le business ne fonctionne pas bien, et ses dépenses personnelles deviennent trop importantes. Devant les dettes, il accepte de faire une faveur à un caïd : lui et son équipe doivent juste effrayer un type. Mais l’opération tourne mal…

Jimmy réunit  l’ancienne bande de potes, tous atypiques et rangés des camions.

Critical (Treat Williams) boxeur psychopathe et scato, Franchise (William Forsythe) père de famille aimant et proprio d’un camping miteux, Joe (Christopher Lloyd) projectionniste-porno et lépreux, et Steve Buscem en tueur à gage maniaque.
Andy Garcia garde toujours sa classe un peu rétro qui  lui va si bien.
Christopher Walken en parrain paralytique est tordant de cruauté.
Voilà, une partie de la galerie de portraits.

J’aime ce type cinéma pour plusieurs raisons :  la personnalité des acteurs et l’ambiance des quartiers, le  vieux snack du coin où tout se joue et le narrateur  qui est le fil conducteur

Le scénario est un peu mince et la romance ringarde mais le tout dégage une chouette  couleur.

 

Casting : Dernières heures à Denver

Andy Garcia, Christopher Walken, Gabrielle Anwar

Synopsis Dernières heures à Denver :

Jimmy le Saint gère une affaire un peu particulière : il enregistre les malades en phase terminale afin qu’ils puissent donner des “conseils d’après vie” à tous ceux qui leur survivent. Mais le business ne fonctionne pas bien, et ses dépenses personnelles deviennent trop importantes. Devant les dettes, il accepte de faire une faveur à un caïd : lui et son équipe doivent juste effrayer un type. Mais l’opération tourne mal…