Captives

Captives

CaptivesCaptives

Réalisation Atom Egoyan 2014

Un film dérangeant autant par la forme que par le fond, un sujet traité de manière inhabituelle et glaçante .

Un enlèvement d’enfant est toujours atroce, ici on a une victime captive mais qui semble choyée comme une princesse dans sa tour.L’abus sexuel est suggéré jamais mis en avant comme par pudeur, car le drame va au delà.

C’est aussi l’utilisation des victimes comme appât, la destruction d’une famille, la détresse d’un père comme obsédé par sa culpabilité de l’avoir laissé 5 mn sans surveillance.

Une vraie tragédie mais sans racolage. Un réseau de pédophile qui a les moyens de réinventer le style et de mettre en scène les victimes et leurs proches, afin de se délecter du malheur d’autrui et le rendre  encore plus jouissif. Du très bon cinéma sans chichi, ni mélo.

Ryan Reynolds est bouleversant d’amour pour sa fille et sa quête est sans fin.

Mireille Enos n’est plus que l’ombre d’elle-même, c’est poignant.

Rosario Dawson est presque trop belle pour être crédible mais c’est le seul bémol au casting.

Un scénario sobre et intense, une réalisation élégante, Atom Egoyan sait faire du cinéma qui nous prend aux tripes.

Synopsis allocine Captives : Huit ans après la disparition de Cassandra, quelques indices troublant semblent indiquer qu’elle est toujours vivante.La police, ses parents et Cassandra elle-même, vont essayer d’élucider le mystère de sa disparition.