Valentin Valentin

Valentin Valentin

Valentin ValentinValentin Valentin

Réalisation Pascal Thomas 2014

J’ai bien cru que c’était un premier film avec du bon et du mauvais mais, pas du tout,  Pascal Thomas n’est pas un amateur.
Alors pourquoi ce film fourre-tout, ni fait ni à faire. Une fête avec les vieux copains du métier ?

On navigue entre comédie, drame, policier et romance à l’eau de rose.

La vie de quartier sonne faux et l’intrigue sonne creux.
Vincent Rottiers certes très charmant n’a pas la carrure du Tombeur, trop fragile, trop doux mais c’est un bon acteur.

Marilou Berry est “pot de colle” ou lourdingue et elle force le trait, ça fait très mal.

Heureusement, les seconds rôles sont épatants :  Christian Morin joue avec une justesse inattendue,  Victoria Lafaurie est lumineuse,  Agathe Bonitzer est troublante et Geraldine Chaplin est tourmentée. Bref du beau monde pour pas grand chose.

Valentin voulait sauver Lys tigré, la voisine d’en face, sans réaliser les ravages qu’il provoquait autour de lui: des amoureuses éconduites, une mafia chinoise, un gardien amateur de Lolita (François Morel très chouette) et un mari jaloux .

Alors qui a voulu tuer le beau Valentin ? C’est la question que l’on se pose pendant 1h30 et croyez-moi la réponse est aussi décevante que le scénario.

5 scénaristes pour une oeuvre de Ruth Rendell, c’est peut-être la raison de ce patchwork improbable. Quant à la musique originale, elle est comme le film : ringarde.

Synopsis Télérama Valentin Valentin : Presque malgré lui, Valentin, jeune homme timide et doux, a beaucoup de succès auprès des femmes. Elodie et Florence, ses voisines du 5e étage, se pâment d’amour et Claudia, sa maîtresse, lui mène la vie dure. Valentin invite tous ses voisins à sa pendaison de crémaillère, sans se douter qu’il déclenche un engrenage infernal. C’est le drame quand il est retrouvé poignardé près de son nouvel appartement. Les habitants de la résidence, qui ont assisté à une altercation entre les deux hommes lors de la petite fête du défunt, ont vite fait d’en conclure à la culpabilité de Freddy, le mari de sa maitresse. Mais il ne faut pas toujours se fier aux apparences…