Nice Guys

The Nice Guys

529694Bud Spencer et Terence Hill

Réalisation Shane Black 2016

Le duo semble inspiré et la magie opère. “The Nice Guys” est un film d’action funky, flamboyant comme un concert d’Earth Wind and Fire. C’est une grosse machine mais c’est du cinéma qui sait nous divertir.

Russell Crowe est parfait en gros dur au coeur tendre et Ryan Gosling nous revient avec le sourire et de la légèreté. Ca nous rappelle à quel point c’est un comédien brillant. Il joue les imbéciles malheureux avec un naturel parfait.

Une intrigue alambiquée mais on s’amuse des rebondissements, des courses poursuites et des maladresses de ces deux privés légèrement à l’Ouest. La petite Holly est une fée clochette pleine de fantaisie et, du haut de ses treize ans, elle sait déjà nous bluffer, de la graine d’actrice jolie et malicieuse.

On respire, on danse années 70, c’est une bonne réalisation accompagnée d’une reconstitution impeccable. Pour le prix de la place, on a même Kim Bassinger qui revient faire un tour de piste.

Shane Black fait son cinéma à l’américaine mais ça groove et ça sonne bien. Un scénario qui mélange musique, délire, picole et fumette, bref de quoi ressortir avec le sourire.

 

Synopsis  Télérama The Nice Guys :

Dans les années 1970, à Los Angeles, l’homme de main et ancien boxeur Jackson Healy est approché par une employée du ministère de la justice qui lui demande de retrouver Amelia, sa fille disparue. Jackson se tourne alors vers le détective privé Holland March et le convainc, par la force, à collaborer avec lui sur son enquête. Mais alors que les deux privés aux méthodes douteuses commencent leur investigation, ils se retrouvent confrontés à une affaire de meurtre d’une starlette de l’industrie pornographique. De fil en aiguille, les deux hommes mettent bientôt à jour une énorme conspiration impliquant les hautes sphères du pouvoir…