Film Bienvenue à Suburbicon

Bienvenue à Suburbicon de George Clooney

Film Bienvenue à SuburbiconMéli-mélo.

L’intention est bonne mais le message est brouillé, Clooney s’emmêle les pinceaux. Une écriture intelligente mais une réalisation bancale. Il mélange le bien-pensant et le trash sans vraiment se positionner. J’aurais aimé comprendre le lien entre ces deux histoires de famille.

Une petite ville résidentielle qui prend des airs de banlieue dortoir. Clooney nous conte l’histoire de deux foyers :

– Les Meyers qui vont devoir lutter contre le racisme ambiant, car c’est la seule famille noire dans cette petite ville blanche d’Amérique profonde. Les situations sont un peu caricaturales mais c’est la malheureuse histoire des américains qui est pointée du doigt.

– La famille Lodge est composée de deux soeurs jumelles Rose et Margaret; Gardner, le mari est toujours propre sur lui et l’oncle Nicky est un amour de générosité et de bon sens.

C’est dans cette dernière maison que se trame un drame et c’est chez eux que l’on retrouve l’écriture des frères Coen, déjantée et kitch.
Il me semble que c’est la bonne partie du film, malgré l’importance du message, le reste est secondaire pour l’ensemble et c’est chez les Lodge que j’ai retrouvé les quelques scènes délirantes qui sauvent le film.

Julianne Moore est doublement parfaite, Matt Damon sait se faire inquiétant, Oscar Isaac est délicieusement décalé, seul le gamin ne joue pas toujours juste.

Un  film à voir forcément, pour le plaisir de retrouver l’écriture des Coen.

Clooney ne m’a plus véritablement convaincu depuis  “Confession d’un homme dangereux“, son premier film, et le seul à mes yeux qui est parfaitement réussi.

 

 

Synopsis Télérama du Film Bienvenue à Suburbicon :

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues. L’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre. Faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence… Bienvenue à Suburbicon