Cannibal

Cannibal

Cannibal

Réalisation Manuel Martín Cuenca  2013

On imagine le pire, mais on ne  voit, pas une goutte de sang,  aucune scène gore  et pourtant Carlos est un véritable monstre.

La subtilité du film est de nous laisser supposer sans nous sortir le grand déballage. , sauf dans son frigo ou son assiette mais bon n’est pas cannibale qui veut. Ses petit dîners en  solo sont glaçant.

Un mise en scène est sobre avec quelques longueurs, sa solitude est parfois pesante mais c’est un choix.

Il se transforme peu à peu en homme amoureux, désarmé et incapable de passer à l’acte avec Nina, si douce et si délicate .

Un film sur la difficulté d’être un monstre et de rester diablement humain.
Manuel Martín Cuenca représente la nouvelle génération espagnol dans cette catégorie et  de mémoire je n’avais pas frissonné ainsi depuis Malveillance de Jaume Balagueró.

 

Casting Cannibal : Antonio de la Torre, Olimpia Melinte, María Alfonsa Rosso

Synopsis Cannibal : Carlos est le tailleur le plus prestigieux de Grenade, mais aussi un assassin froid dans l’ombre. Il n’éprouve aucun remord, aucune culpabilité jusqu’à ce que Nina apparaisse dans sa vie. Grâce à elle, il prendra conscience de la véritable nature de ses actes. Cannibal ou l’histoire d’amour d’un monstre.