La Vie est BelleBien avant Ken Loach… Capra  flirte avec les anges

Réalisation Frank Capra 1946

La Vie est Belle est joyeusement mélancolique, une madeleine de Proust que l’on déguste avec bonheur.

La vie de George Bailey n’est pas celle dont il avait rêvé. Sa bonté et son intégrité vont faire basculer son destin. Après la mort de son père, le voilà coincé dans sa petite ville de Bedford Falls.
Lui qui se voyait déjà sur le toit du monde, il va porter sur ses épaules la petite affaire familiale qui lui semble si limitée.

Mais Mary Hatch va lui redonner le goût à la vie, une famille et beaucoup d’amour. Alors, le coeur sur la main, il va aider les plus démunis avec sa petite société de crédit à la construction.

Seulement, par malheur, son oncle et associé Billy, égare 8000 dollars entre l’entreprise et la banque. Les voilà ruinés entrainant avec eux tous ces braves gens qui leurs ont fait confiance.

Le film prend alors une dimension fantastique car Les anges veillent sur Georges et précisément Clarence qui aimerait bien gagner ses ailes « Galons » pour accéder officiellement à son statut.
Quand Georges décide de se suicider, Clarence va intervenir.

La deuxième partie du film est alors surprenante. Afin de convaincre Georges de son utilité dans la vie, l’ange va, virtuellement, effacer sa naissance et démontrer à Georges: qu’un seul être vous manque et tout est dépeuplé.
Car, sans ce brave Bailey, la vie n’aurait pas été si douce à Bedford Falls. Les banques auraient ruiné les pauvres gens, les agents immobiliers envahit la ville, sa femme serait une vieille fille aigrie, son frère serait mort… Une ville sombre et beaucoup de malheur tout autour.

Après ce constat Bayley va reprendre vie et réaliser son bonheur, la fin est la hauteur des grands happy-end américains mais le film est magique et nous emporte sur les ailes d’un ange, tout près des étoiles du bon cinéma.

Synopsis Télérama La Vie est Belle :

La petite ville de Bedford Falls est en émoi. Chaque habitant prie pour le cas désespéré de George Bailey, qui a tenté de mettre fin à ses jours. Les prières montent au ciel, où l’on décide de dépêcher sur Terre l’ange de seconde classe Clarence, afin de sortir Bailey de ce mauvais pas. Chemin faisant, Clarence prend connaissance du passé de George et se rend compte que le malheureux a consacré toute sa vie à faire le bien. Sans discontinuer, il s’est effacé pour privilégier le bonheur des siens et aider les autres. Une ultime malversation de Potter, un banquier cupide, a conduit George au bord de la faillite. Devenu odieux avec sa famille, George a pris la décision de se suicider…

 

 

Laisser un commentaire